Vous êtes ici : Accueil 9 Commissions 9 Financement de la Sécurité sociale pour 2022

Financement de la Sécurité sociale pour 2022

12 novembre 2021 | Commissions

Texte(s) voté(s), présenté(s) et/ou signé(s) par Elsa Schalck, sénatrice du Bas-Rhin.

Séance du vendredi 12 novembre 2021

Discussion sur la proposition de loi visant à accélérer l’égalité économique et professionnelle.

Intervention

Elsa Schalck – Cet amendement vise à étendre la durée pendant laquelle les enfants majeurs ayants droit d’un parent bénéficiaire du régime local d’assurance maladie d’Alsace-Moselle peuvent également y avoir accès. Actuellement, l’âge limite est fixé à 20 ans. Par cet amendement, nous proposons de prolonger le bénéfice du dispositif jusqu’à la veille du vingt-quatrième anniversaire.

Le régime local couvrant les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle est un régime autonome de sécurité sociale.

Le rehaussement s’alignera avec les dispositions de droit commun, à savoir l’âge fixé pour l’affiliation au régime d’assurance maladie des parents pour les enfants sans activité professionnelle, en application de la loi du 8 mars 2018 relative à l’orientation et à la réussite des étudiants.

Cela répond à une spécificité alsaco-mosellane. Le fait que le recours aux mutuelles complémentaires de santé soit traditionnellement moindre que sur le reste du territoire crée un problème spécifique pour les étudiants qui sortent à 20 ans de la protection de base dont leurs parents les faisaient bénéficier alors que leur situation économique est encore fragile.

La mesure concernera ainsi plus de 33 000 jeunes et s’autofinancera grâce aux excédents du régime local.

À lire aussi

La lettre d’information

En vous abonnant à la lettre d’information d’Elsa Schalck, vous recevrez chaque mois dans votre boîte mail ses dernières actualités au Sénat et en Alsace.

 

11 + 14 =

Fonctions parlementaires

Elsa Schalck a été élue sénatrice du Bas-Rhin le 27 septembre 2020. Elle est membre de la commission de la Culture, de l’éducation et de la communication ainsi que de la commission des Affaires européennes.
Elle siège au sein de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes.
Elle est membre du groupe d’études Francophonie et 1e vice-présidente du réseau des jeunes parlementaires de l’association parlementaire de la francophonie.